Sophrologie & Gestion des émotions

Sophrologie et Gestion des émotions | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog

Colère ? Tristesse ? Anxiété ? Déception ? Frustration ? Impulsivité ? Tout cela mijote et s’accumule à l’intérieur de vous et vous ne savez pas comment surmonter efficacement ces difficultés ? Ce mois-ci je vous parle de la gestion des émotions et de ce que la Sophrologie peut vous apporter pour soulager votre quotidien. Que ce soit dans votre vie personnelle, universitaire ou professionnelle, la Sophrologie est peut-être « La solution » qui peut vous aider à avancer encore plus loin.

Les émotions dans tous leurs états

Du latin « motio », qui signifie « le mouvement ou action de se mouvoir », les émotions sont des phénomènes qui impliquent par définition de se mettre en action. Tout comme le « Stress » qui nous prépare à l’action pour fuir ou pour combattre un danger, cela se traduit par des réponses neurophysiologiques qui agissent sur le Corps : transpiration, mains moites, accélération du rythme cardio-respiratoire, …

Ces émotions proviennent de notre perception et/ou de notre interprétation des évènements présents autour de nous – dans notre environnement – mais aussi et surtout en nous, c’est-à-dire en lien avec nos pensées, nos souvenirs ou encore avec des images provoquant ces réactions émotionnelles.

Néanmoins ce qui rend bien souvent compliqué le fait de pouvoir gérer calmement nos émotions, résulte de l’interaction entre notre instinct de survie, notre centre émotionnel et notre lucidité. En effet, comme le Dr. MacLean l’avait montré, nous pouvons diviser notre cerveau en trois centres de gestion :

  • « Le cerveau reptilien » ou paléo-cortex (représenté par le cervelet et le tronc cérébral), correspond au cerveau le plus primitif par rapport à l’évolution de l’Etre Humain. Il assure alors les instincts et les reflexes basiques de survie de notre organisme tel que : manger, boire, se reproduire, fuir, la connaissance du plaisir et de la peur.
  • « Le cerveau mammifère » ou le système limbique (situé au centre de notre cerveau), est le siège de la mémoire et des émotions. Il contrôle le système nerveux autonome, notamment responsable de fonctions automatiques comme le digestion et le rythme cardio-respiratoire, mais c’est aussi le centre des effets euphorisants et addictifs, comme lors de la consommation de drogues ou d’antidépresseurs…
  • Le néocortex ou cortex qui recouvre le système limbique et représente 85% du volume cérébral, est le centre de l’intelligence et de la créativité. Scindé en deux hémisphères cérébraux, le côté gauche est associé à la pensée analytique et le côté droit à la pensée synthétique.

Bonnes ou Mauvaises émotions ?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions, comme certains aiment généralement les classer en « émotions positives ou négatives », elles existent tout simplement et sont présentes en chacun de nous.

Cependant, que ce soit dans la vie quotidienne ou dans la vie professionnelle, nous essayons tous plus ou moins de contrôler nos émotions, par pudeur, par crainte d’un jugement ou tout simplement parce que ce n’est ni le lieu, ni le moment pour exprimer ce que l’on ressent au plus profond de nous. Or si vous passer votre temps à étouffer vos émotions, toute l’énergie mobilisée pour vous « mettre en action » – ne pouvant être libérée – sera stockée dans votre organisme. Vous connaissez peut-être l’expression « ce qui ne s’exprime pas s’imprime… » et c’est bien vrai : fatigues, tensions musculaires, oppressions respiratoires, hypertension artérielle, ulcères, dépression, … Tous ces symptômes peuvent être la conséquence d’émotions fortes non-exprimées et donc stockées dans votre schéma corporel. Pour améliorer votre qualité de vie et préserver ainsi votre capital santé, il est donc essentiel d’apprendre à exprimer ses émotions plutôt que de les réprimer.

La Gestion des émotions en 3 étapes

1- Identifier

Lorsque vous n’exprimer pas vos émotions, elles restent stockées à l’intérieur de vous et engendrent des tensions, de la fatigue, des maux de tête, … La première étape va donc consister à repérer les endroits du corps où se manifestent ces émotions, puis à identifier clairement celles qui sont responsables de ces tensions.

2- Exprimer 

  • Parler à quelqu’un pour se confier, se libérer de ce qui vous pèse, vous ralenti.
  • Ecrire ce que vous ressentez, comme pour mettre une réalité sur votre vécu.
  • Evacuer physiquement les tensions en pratiquant un sport, taper sur un coussin, chanter, crier, faire de la Sophrologie…

3- Communiquer

Communiquer avec la personne qui a fait naître les émotions qui vous dérangent. C’est peut-être l’étape la plus compliquée à effectuer, néanmoins les deux règles à respecter sont :

  • de vous assurer que la personne responsable soit prête à vous écouter,
  • et d’éviter  d’accuser et de rabaisser cette personne.

Apports de la Sophrologie

Etre à l’écoute de son Corps. C’est en effet la première étape en Sophrologie. Apprendre à se déconnecter et à se déconditionner des sources de stress environnant, tout en laissant de côté les pensées parasites, pour ainsi venir se concentrer sur vos sensations corporelles. Un peu comme pour se reconnecter avec soi-même, se recentrer et prendre ainsi conscience de ce qui se passe pour vous, ici et maintenant, dans votre « Corporalité ».

Concernant les émotions, il va alors s’agir de les identifier mais aussi de repérer : Comment et Où cela se manifeste-t-il au niveau du Corps ? Quelles sensations provoquent ces émotions pour vous ? Peut-être une chaleur intense au niveau du thorax ou du ventre, comme un volcan sur le point d’exploser ? Ou bien la sensation de ne plus avoir d’énergie, avec les jambes comme du coton ? … C’est ce que l’on appelle des Phénodescriptions en Sophrologie. Cela s’effectue en fin de séance et permet de mettre des mots et une réalité sur ce qui est vécu.

Le simple fait de prendre le temps de se poser et d’être attentif à vos sensations corporelles de manière Phénoménologique, c’est-à-dire sans jugements, sans analyses, juste observer et ressentir ce qui est là, permet déjà de mettre de la distance avec vos pensées, vos interprétations et donc de retrouver une certaine lucidité, ainsi qu’un état de calme et d’harmonie dans votre schéma corporel. Une fois repérées, les zones de tensions pourront alors être relâchées ou stimulées – notamment avec l’aide d’exercices dynamiques corporels et respiratoires. Avec une pratique régulière, vous serrez capable d’évacuer plus efficacement la fatigue et les tensions musculaires accumulées par le stress et les émotions qui perturbent votre quotidien.

Percevoir et redécouvrir notre environnement avec tous nos sens. Nous avons vu que les émotions naissaient de notre perception et de notre interprétation des évènements présents autour de nous, mais aussi en nous. Après la maîtrise et la détente du Corps avec les exercices de RD1 (Relaxation Dynamique du 1er degré, axée sur le Corps), la Sophrologie poursuit le travail avec son 2ème degré (RD2), qui inclut la redécouverte des canaux sensoriels  – la vue, l’ouïe, l’odorat, … – ainsi que la maîtrise du Mental et de nos capacités imaginatives illimitées.  Ce travail permettra par la suite de développer des techniques spécifiques utilisées notamment dans la préparation à des évènements anxiogènes, retrouver confiance en soi, ou encore pour gérer des phobies.

Entraînement Personnel Régulier Indispensable. J’insiste encore ici sur l’importance de la pratique personnelle et régulière de la Sophrologie, surtout si vous débutez sa pratique. Cela va non seulement vous permettre de recevoir tous ses bienfaits, mais aussi et surtout de développer vos propres ressources et vos capacités à gérer plus efficacement les difficultés rencontrées. Au fil des entraînements vous pourrez alors espacer vos pratiques et ainsi les utiliser en cas de besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.