Sophrologie et Comportement Alimentaire

apple-2311_1280Sophrologie et Gestion du Comportement Alimentaire

En cette période estivale les régimes sont de retour pour paraître « parfait » sur les plages, mais c’est aussi les vacances, période synonyme de détente et de lâcher-prise. Alors comment gérer les écarts et vos envies tout en se faisant plaisir ? Dans cet article je vous donne quelques outils pour gérer le comportement alimentaire avec la Sophrologie.

Le Comportement Alimentaire

Tout d’abord le comportement alimentaire désigne l’ensemble des conduites d’un individu vis-à-vis de la consommation d’aliments.  Ce comportement doit en premier lieu permettre d’assurer les apports énergétiques nécessaires au fonctionnement de l’organisme. Il s’agit donc d’un rôle vital. Néanmoins, il y a deux autres rôles déterminants mis en jeu dans le comportement alimentaire : le plaisir gustatif et l’aspect socioculturel, convivial. Il va sans dire que ces derniers sont fortement liés aux émotions et c’est bien là que réside toute la difficulté. Alors comment faire ?

Stop aux régimes !! 

Sans rentrer dans des programmes diététiques trop restrictifs, qui de toute façon sont trop contraignants à maintenir sur le long terme, la première chose à retenir est de se faire PLAISIR. Il faut en effet savoir que lorsque l’on réalise un régime alimentaire il y a ce qu’on appelle la « Restriction Cognitive » qui se met en place. Il s’agit d’un comportement qui vise à limiter les apports caloriques en vue de perdre du poids ou du moins de ne plus en reprendre. Cette restriction aboutit toujours à une phase de perte de contrôle qui sera proportionnelle à l’intensité et à la durée de la restriction. Au final les kilos perdus seront très probablement repris voir même davantage, amenant ainsi au fil de ces régimes le fameux phénomène « yoyo » avec votre poids. D’où l’importance de s’autoriser quelques envies, même en ayant une « nutrition parfaite » il faut se faire plaisir au moins une fois dans la semaine, tout est question de compromis.

La Sophro-Nutrition

Le fait de changer les habitudes alimentaires, même en y allant progressivement, peut constituer une source de frustration. Que ce soit pour gérer vos envies ou optimiser votre comportement alimentaire, la Sophrologie est un formidable outil pour vous accompagner aux changements. Vous apprenez d’abord à vous poser, à vous détendre et à mettre de côté tout ce qui peut déranger. Les techniques utilisées vont ensuite permettre de gérer le Stress et les émotions.

4

Il faut également savoir qu’il existe des boucles régulatrices du comportement alimentaire mettant en jeu des hormones digestives comme la Ghréline (qui stimule l’appétit) et la Léptine (qui stimule la satiété), ainsi que les Glucocorticoïdes – dont le Cortisol, aussi appelé « l’hormone du Stress ». Avec le maintien d’un stress chronique, un niveau élevé de Cortisol aurait tendance, sur le long terme, à perturber ces boucles régulatrices en inhibant les agents anorexigènes  (dont la Léptine) et en stimulant les agents orexigènes (dont la Ghréline), ce qui a pour conséquence d’augmenter la prise alimentaire et donc la prise de poids. D’où la nécessité d’apprendre à gérer le Stress et de prendre du temps pour soi.

En ce qui concerne la gestion des envies, la première étape consiste à essayer de reporter dans le temps cette envie, par exemple en pensant à autre chose, en s’occupant, ou encore en utilisant des « outils sophro » appris lors des séances. Si l’envie ne passe pas…. Pas de panique !!! C’est tout simplement le moment de vous poser et de vous détendre afin de vous préparer à apprécier et à savourer davantage cet instant de plaisir gustatif.

femmes tea

La Sophrologie va en effet vous apprendre à « manger en Conscience », c’est-à-dire, savoir se poser et prendre le temps de savourer chaque saveur en bouche, ne rien faire d’autre que se restaurer et se faire plaisir. Afin d’activer davantage cette notion de plaisir gustatif, n’hésitez pas à manger avec tous vos sens.

De plus, lorsque l’on savoure un aliment plaisir et que l’on prend le temps de le déguster, le phénomène de satiété se ressent plus vite. Le couple « frustration-culpabilité » est donc réduit puisque l’on s’est fait plaisir et on a peut-être moins mangé qu’auparavant.

Enfin il y a aussi la pratique régulière d’activités physiques et modérées pour gérer les écarts et augmenter les dépenses énergétiques. Néanmoins, l’avantage de la Sophrologie réside dans son approche comportementale et vous accompagne progressivement à optimiser vos habitudes alimentaires.

La Sophrologie : définition et origines

Qu’est-ce que la Sophrologie ?

Mise en place dans les années 1960 par son créateur le Pr. Alfonso CAYCEDO, médecin neuropsychiatre, la Sophrologie est née des recherches sur les différents états et niveaux de conscience ainsi que de la Phénoménologie – qui est « l’étude descriptive d’un phénomène ou d’un groupe de phénomènes tels qu’ils apparaissent dans l’expérience qu’on en a, sans référence à quelque réalité dont ils seraient la manifestation », ce qui pourrait être comparé à un apprentissage du non-jugement, l’art d’observer sans réfléchir, tout simplement regarder ce qui est là. Alfonso Caycedo travaille alors en collaboration avec ses patients dans une relation de confiance et d’échange sur ce qui se passe pour eux, leur état, leur ressenti. Ce travail permet aux patients de prendre davantage conscience de leur état et ainsi de devenir non seulement acteurs dans leur propre traitement, mais aussi de se diriger vers une certaine autonomie dans la recherche d’un mieux-être général.

Suite à ses voyages effectués en Inde, en Chine et au Tibet, Caycedo construit la Sophrologie avec les influences du Yoga, du Bouddhisme et du Zen auxquels il ajoute ses enseignements issus de la Psychologie, de l’Hypnose, des Neurosciences ou encore de la Philosophie – sans pour autant en faire une compilation de techniques mais bien une véritable école scientifique de la Conscience Humaine.

La Sophrologie est donc un véritable carrefour entre l’Orient et l’Occident et se définit ainsi comme étant « la Science de la Conscience Humaine et des Valeurs de l’Existence » (A. CAYCEDO, 1960).

Étymologie du mot Sophrologie à partir du grec ancien :

  • cropped-51.jpgSOS = sérénité, harmonie, paix.            
  • PHREN = conscience, cerveau, esprit.          
  •  LOGOS = étude, science, discours.

Concrètement, nous pourrions résumer la Sophrologie à un accompagnement dans la recherche d’un mieux-être par rapport à 3 types d’approches :

  1. De manière générale : gestion du stress et de l’anxiété, dépression, fatigue et sommeil, bien-être, relaxation, …
  2. Problématique spécifique : gestion d’un événement, gestion de la douleur, acouphènes, comportement alimentaire, troubles anxieux, …
  3. Philosophie de Vie : développement personnel, méditation pleine conscience, estime et confiance en soi, …

Bien souvent comparée à tort  comme « une simple méthode de relaxation avec des techniques de respirations », la Sophrologie est donc bien loin d’être cela. C’est dans un premier temps, vous permettre de prendre du temps pour soi en se ressourçant loin du stress et des tracas du quotidien , prendre du recul sur votre situation et de ce qui se passe pour vous, sans jugement, sans analyse, juste observer ce qui est là, comme si c’était la première fois que vous viviez l’expérience, tout simplement vivre pleinement et en conscience  l’instant présent avec un nouveau regard. C’est également un entraînement régulier qui consiste à redécouvrir ses sensations corporelles, apprendre à « se reconnecter » avec son corps, laissant ainsi de côté les pensées parasites et les comportements inadaptés face aux difficultés rencontrées, apprendre à mieux se connaître en développant progressivement votre potentiel et vos capacités en matière de confiance en soi, de maîtrise de soi et de développement personnel.

Depuis sa création, la Sophrologie n’a cessée de progresser et d’évoluer, s’enrichissant notamment des différents mouvements et approches dans le domaine de la relation d’aide et du bien-être. Plusieurs années de formations théoriques et surtout pratiques sont nécessaires pour former un bon Praticien en Sophrologie, ceci afin de bien maîtriser et d’assimiler les enseignements de la Sophrologie créée par Caycedo et surtout d’éviter toutes dérives dans sa pratique… De nos jours, avec le succès de la Sophrologie, il existe en effet  plusieurs écoles pour devenir Sophrologue, néanmoins et contrairement à ce que certains pourraient dire ou penser, il n’y a pas plusieurs sortes de Sophrologie !! Soit c’est de la Sophrologie, soit ce n’en est pas… Que ce soit Caycédienne, Humaniste ou Plurielle, la Sophrologie enseignée est celle de Caycedo – avec ses 12 degrés répartis en 3 cycles d’entraînement – et s’effectue entre 2 ans et 4 ans de formations. Un module de quelques heures ou de quelques mois ne suffit donc pas pour être Sophrologue Praticien Diplômé…

Comment ça marche ?

Il s’agit tout d’abord de venir mobiliser le corps et la respiration avec des exercices simples et accessibles à tous pour évacuer progressivement les tensions musculaires ou autres crispations du quotidien et venir ainsi « se reconnecter à son corps ». Une fois les tensions relâchées, la séance est axée sur la problématique de travail avec notamment un renforcement des pensées positives. En effet, à l’inverse des maladies psychosomatiques ou encore des comportements inadaptés face au stress, la Sophrologie permet de mettre en avant nos sensations agréables, notre capacité d’optimisme, capacité à se sentir bien et de préserver ainsi notre capital santé. C’est un peu comme une sorte de « somatisation positive », car en effet, si le stress, les pensées et les émotions négatives sont capables d’atteindre notre capital santé – ulcères, psoriasis, dépression, troubles du sommeil, … – l’impact du positif sur notre schéma corporel est loin d’être négligeable. Par ailleurs, la force de la Sophrologie ne se résume pas non plus à un sorte de « méthode Coué », cela serait la limiter, mais bien dans sa prise en charge globale qui inclut toutes les dimensions de l’Etre, c’est-à-dire avec ses ressources physiques, cognitives, émotionnelles et comportementales.

2

La détente est progressive, les exercices sont adaptés et chacun avance à son rythme, en développant ses propres ressources et ses valeurs.

Les séances se pratiquent essentiellement assis et debout , en individuel, en duo ou en petit groupe.

Combien de séances ?

Cela dépend des besoins et de la problématique de chacun, néanmoins pour atteindre vos objectifs et une certaine autonomie, une dizaine de séances peut suffire. Toutefois, rien ne vous empêche de venir tester 2 ou 3 séances pour vous faire une idée et apprendre quelques bases pour vous ressourcer et vous détendre efficacement.

Rythme des séances ?

Encore une fois cela dépend de la demande et de la problématique de travail. En cas de stress intense ou de mal-être persistant, une séance par semaine peut être utile pour commencer puis progressivement passer à une séance par mois. Néanmoins, de manière générale le rythme des séances est de 1 à 2 séances par mois avec votre Sophrologue. Le plus important sera surtout de refaire les séances chez vous avec votre propre entraînement personnel, afin d’assimiler le contenu des séances et de vous approprier les techniques apprises.

Prise en charge des séances ?

De plus en plus de Mutuelles de Santé commencent à rembourser partiellement les séances de Sophrologie. Vous pouvez retrouvez ces informations sur le site de la « Chambre Syndicale de la Sophrologie » ou encore contacter directement votre Mutuelle de Santé. Avec le stress professionnel (surmenage, « Burn-out ») et les risques psychosociaux, la Sophrologie est de plus en plus présente au sein des Entreprises et Institutions. Je suis moi-même Consultant/Formateur en Entreprise, notamment pour la Qualité de Vie au Travail, donc n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre C.E. pour la mise en place de séances de Sophrologie.

 

Bienvenue sur mon Blog

Bonjour à toutes et à tous, bienvenue sur mon nouveau blog qui est entièrement consacré à l’actualité de la Sophrologie et au domaine de la Prévention Santé.

Vous y retrouverez bien entendu des articles sur la Sophrologie et ce qui concerne la recherche du « Bien-être », mais aussi sur la Nutrition et la pratique d’activités physiques et sportives.1

Alors à très vite et bonne lecture.

Alexandre.