Hypercontrôle et Lâcher-prise

Laissez l’hypercontrôle et découvrez le lâcher-prise avec la Sophrologie | Alexandre BAUIN Sophrologue Praticien – le Blog.

Obstination ? Impulsivité ? Tendance à vouloir tout contrôler ? Difficultés à gérer les critiques et les échecs rencontrés ? Et vous avez du mal à faire une pause et à décompresser ? En cette période estivale, c’est donc le moment de prendre davantage de recul sur votre situation et peut-être même de vous remettre en question. Ce mois-ci, je vous parle de la notion du « lâcher-prise » et de l’aide précieuse que la Sophrologie peut vous apporter pour évacuer la pression et vous épanouir dans votre vie quotidienne.

Le Lâcher-prise

C’est d’abord accueillir le fait de ne pas pouvoir tout contrôler dans la vie : la météo, les accidents, les imprévus, vieillir, le comportement de personnes toxiques, … Tous ces petits tracas peuvent peser sur votre quotidien, mais aussi et surtout sur votre capital santé : stress, ruminations négatives, irritabilité, trouble du sommeil, ulcères, hypertension, … Un peu comme le ferait « une cocotte-minute sans soupape », si vous ne laissez pas la pression s’échapper, cela finira par exploser d’une façon ou d’une autre.

Mais attention, cela ne veut pas dire pour autant se laisser aller et ne rien faire pour changer une situation qui vous déplait, une situation qui vous paraît difficile à gérer, une situation qui vous semble injuste malgré tous vos efforts. Il s’agit alors d’agir plutôt que de réagir. Cela implique de prendre le temps de la réflexion, sans se laisser emporter par nos pensées parasites et nos émotions négatives – qui aboutissent inexorablement à des comportements inadaptés face à la situation rencontrée.

Il y a toujours plusieurs chemins pour arriver à une destination, mais parfois il est nécessaire de prendre plus de hauteurs, plus de recul, pour les apercevoir. Aborder une difficulté avec un nouveau regard, une posture différente, vous permettra de prendre davantage conscience des autres possibilités qui s’offrent à vous et ainsi de choisir au mieux le parcours qui vous semble le plus adapter pour continuer l’aventure et vous éviter bien des regrets.

Le lâcher-prise c’est donc aussi une capacité à prendre du recul pour développer un point de vue plus optimiste sur votre situation, afin de pouvoir trouver de nouvelles stratégies pour gérer au mieux ce qui vous fait obstacle pour avancer.

Tout cela aboutit à l’essence même du lâcher-prise :  accueillir ce qui est là, être dans « l’ici et maintenant », mais surtout d’en avoir pleinement conscience, afin d’éviter de rester tourné vers ce qui s’est déjà passé ou ce qui pourrait éventuellement se produire. Car en effet, comme le dit très bien l’écrivain Gilles Farcet : « Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds. »

Le lâcher-prise c’est être pleinement vivant dans l’instant présent tout en laissant passer les pensées parasites, pour vous permettre d’accéder à ce qui vous est essentiel. Un peu comme si vous pouviez faire un arrêt sur image, en observant tout simplement ce qui est là autour de vous, mais aussi en vous. Vous pouvez d’ailleurs vous poser la question : Qu’est-ce qui m’est essentiel dans ma vie, ici et maintenant ? Une fois cette prise de conscience réalisée, vous pourrez accepter l’abandon de tout contrôler, l’abandon d’une direction sans issue ou tout simplement d’une pensée parasite. Cet abandon est surtout un engagement de s’abandonner à la Vie, comme le fait en toute confiance un enfant dans les bras de ses parents.

Bien sûr le lâcher-prise n’est pas chose facile et n’est pas non plus permanent une fois atteint, notamment parce que nous devons tous composer avec les hauts et les bas présents dans notre quotidien. Néanmoins, même dans l’obscurité la plus profonde, il y a toujours une lueur qui finit par se dévoiler…

Hypercontrôle ? Difficultés à lâcher prise ? Pourquoi ?

1- Peur de perdre le contrôle :  peur d’être jugé et de ne pas être aimé

Cela peut être lié à un manque de Confiance en Soi et une difficulté à s’ouvrir aux autres en rapport avec de mauvaises expériences passées, généralement au cours de l’enfance et/ou de l’adolescence. Prendre conscience de vos limites et de vos capacités personnelles, avec vos qualités et vos défauts, peut vous aider à réaliser de petits défis que vous pensiez jusqu’alors irréalisables. Il s’agira dans tous les cas de « faire de son mieux » tout en laissant de côté « les mauvaises langues » – qui ne font que projeter leur propre réalité et leurs frustrations sur vous.

2- Peur de l’inconnu

Courant chez les anxieux, nous avons très souvent tendance à développer des ruminations négatives, à anticiper ce qui pourrait se passer en imaginant parfois le pire : « et si …, et si … » La recherche d’informations – qui fait partie des stratégies de « coping » dans la gestion du Stress et de l’Anxiété – peut vous être utile pour vous décider à tenter l’expérience.

3- Le Perfectionnisme et l’Ego : « Moi je »

Trait de personnalité qui entretient l’anxiété et l’hypercontrôle. Il s’agira de prendre conscience que, bien que nous soyons tous différents, nous faisons tous partis d’un même ensemble :  l’Humanité. Arrêter de prendre le « Moi » comme référence n’enlèvera en rien votre authenticité, bien au contraire, vous en prendrez même davantage conscience tout en étant soulagé de la pression qui pouvait peser sur vos épaules.

4- Vider ses aprioris et ses jugements

« Pour remplir une tasse qui est déjà pleine, il faut d’abord pouvoir la vider… » Nous sommes tous plus ou moins formatés avec notre éducation, nos croyances et nos références. Plus ces aprioris seront ancrés en vous, plus il sera difficile de les vider pour acquérir de nouvelles connaissances et développer un nouveau point de vue plus éclairé. Bien souvent, ce sont les épreuves de la vie qui nous font prendre du recul et réaliser qu’il est nécessaire d’agir pour changer ce qui est là. Tout nouvel apprentissage demande toujours du temps pour être acquis et maîtrisé, néanmoins il n’est jamais trop tard pour apprendre…

Comment développer le lâcher-prise avec l’aide de la Sophrologie ?

Apprendre à « faire une Pause » et à se détendre dans « l’ici et maintenant »

La Sophrologie va d’abord vous faire prendre conscience de votre Respiration et de votre « Corporalité », notamment en ressentant les différentes zones de tensions et de relâchement présentes dans votre Schéma Corporel. Même si vous n’arrivez pas à tout relâcher la première fois, le plus important est de prendre conscience de ce qui est là en vous : tensions, pensées, émotions, tout cela sans jugements ni analyses, juste observer et ressentir ce qui est là. Plus les blocages seront résistants, plus il faudra du temps pour les débloquer. Néanmoins si vous pensez être prêt(e) pour faire l’expérience, cela peut aller relativement vite pour ressentir les premiers bienfaits.

Apprendre à laisser passer les pensées parasites et les émotions négatives

Afin d’enrayer « la spirale du Stress et de l’Anxiété » – ce que je ressens, ce que je pense, ce que je fais – il est essentiel de revenir au Corps et à la Respiration. Les exercices et les techniques spécifiques du 1er degré de la Relaxation Dynamique (RD1), pourront alors vous aider à libérer les tensions accumulées ainsi qu’à mettre plus de distances avec vos émotions négatives et vos pensées parasites. Une fois le corps et l’esprit maîtrisés, vous pourrez aussi vous initier à la méditation – troisième degré en Sophrologie (RD3) – sans crainte d’être dérangé par vos pensées et vos émotions.

Apprendre à ne pas juger et à respecter

Lorsque vous pratiquez régulièrement la Sophrologie, vous apprenez à observer et à ressentir ce qui est là, sans jugement, sans analyse, prendre tout simplement conscience des sensations et des phénomènes présents dans l’ici et maintenant. Il s’agit de Phénoménologie, qui est l’une des bases fondamentales de la Sophrologie, c’est-à-dire décrire et ressentir avec la suspension du jugement. Mettre son jugement entre parenthèses « l’époké » – peut vous aider à développer davantage de respect envers les personnes qui vous entourent, envers vous-même, ainsi qu’envers la vie qui vous a été offerte.

Développer son authenticité, ses valeurs et de nouvelles compétences

Le premier cycle fondamental de la Sophrologie – créé par le Pr. Alfonso Caycedo – avec ses 4 premiers degrés (RD1 à RD4), constitue déjà un bon entraînement personnel pour prendre conscience du potentiel et des ressources dont vous disposez déjà en vous. Parfois il faut juste un déclic, une phrase, une sensation, une personne bienveillante, pour vous aider à soulager votre fardeau et écarter les difficultés qui vous empêchent d’avancer sur votre chemin. Bien entendu la Sophrologie n’est pas la seule approche qui peut vous apporter les moyens pour vous sentir mieux et découvrir le lâcher-prise. Néanmoins elle constitue un formidable outil pour acquérir de nouvelles compétences comportementales en matière de développement personnel et de maîtrise de Soi. Sa pratique régulière vous permettra de gérer plus efficacement les obstacles rencontrés, en développant notamment une « Philosophie de Vie » positive et un profond sentiment de « Mieux-Etre » et de « Mieux-Vivre » au quotidien.

  • Alexandre Bauin – Sophrologue Praticien D.U. / 06 72 54 44 00
  • Cabinet Paramédical 157, rue du Pont-Levis – 59118 Wambrechies
  • http://www.alexandrebauin-sophrologue.com
  • Séances individuelles et en petits groupes
  • Sur RDV au cabinet, à domicile, dans votre entreprise

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.